Comité de lutte contre le langage sms et les fautes volontaires sur Internet

La définition du comité

Auteur : Xtouch, responsable du comité

Nous avons traduit cette page en langage SMS. Pourquoi ? Pour vous donner un exemple, et ainsi, pour que vous puissiez voir les problèmes de lecture que cela pose. La traduction est accessible en cliquant ici.

Compte tenu de la vivacité des insultes à mon égard lorsque le comité de lutte contre le langage SMS et les fautes volontaires est paru avec deux fautes, j’ai jugé bon de définir le comité. On va faire du mot à mot pour être sûr que tout le monde comprenne.

Comité : jusqu’ici rien de bien méchant, comprenez par « Comité » : « Réunion de personnes » (définition du dictionnaire Hachette placé sur mon étagère).

de lutte contre : certes cela peut paraître provocateur. On aurait bien mis « Comité de sensibilisation des méfaits du langage SMS et des fautes volontaires sur Internet » mais vous allez être tous d’accord avec moi, c’est trop long et ça sonne mal !

le langage sms : là ça devient intéressant ! Le langage SMS regroupe des abréviations non universelles, non connues de tout le monde, et donc non compréhensibles par tout le monde. Pour savoir si un texte utilise du langage SMS, il faudrait le soumettre à un étranger maîtrisant peu le français. Si cette personne arrive à lire votre texte et à en saisir le sens, tout va bien ;). On peut ajouter que le langage SMS ne répond pas à des règles orthographiques ou grammaticales strictes : un même mot peut souvent être écrit de plusieurs manières différentes. Voici tout de même un petit exemple de langage SMS : le mot « demain » en « 2m1 ».

les fautes volontaires : les fautes volontaires permettent de jouer sur la phonétique des mots pour écrire un mot sans avoir à se soucier de son orthographe. Ainsi lorsqu'il s'agit d'écrire « manger », « mangé », « mangez » ou même « mangeais », beaucoup écrivent « mangé » dans tous les cas, ce qui, je vous le concède, évite une longue et laborieuse réflexion. C'est ce que l'on peut appeler une faute volontaire. Un autre cas, également très à la mode sur Internet, est de ne pas faire la différence entre « ça », « sa » remplacés systématiquement par « sa » et « se », « ce », « ceux » remplacés par « se ». Vous saisissez ?

sur Internet : c'est un point ajouté récemment suite à une mauvaise compréhension de notre action. En effet, notre cible n’est qu’Internet, l'utilisation du langage SMS ne se justifiant absolument pas sur ce support. Ainsi, le langage SMS dans les texto, c’est une toute autre histoire qu’il n’est pas raisonnable de lier à notre action.

Je pense que la définition est maintenant bien fixée. Alors lorsque l’on me dit (pas très gentiment) que j’ai fait des fautes allant à l’encontre des valeurs du comité, je rigole. La plupart des fautes que je fais (et j’en fais !) sont soit des fautes de frappe (ouh !), soit des fautes d’orthographe (encore pire !). Je suis loin d’être parfait, et je vous encourage à m’envoyer poliment un courriel pour me signaler d’éventuelles erreurs qui seraient passées outre les relectures.


Le comité de lutte contre le langage sms et les fautes volontaires est une action de sensibilisation lancée par InformatiqueFrance.com